Glossaire

Termes de A à Z

Choose a letter
  • r

Réhabilitation de canalisations

Sous le terme de « Réhabilitation de canalisations » on entend des technologies pour la réhabilitation des conduites enterrées pour l'évacuation des eaux usées. Ces techniques permettant d'étanchéifier les conduites contre les infiltrations d'eau de la nappe phréatique et les exfiltration d'eaux usées, restaurent partiellement la stabilité et stoppent la corrosion. On parle de réhabilitation de canalisations sans tranchée ou de procédé No-Dig, lorsque la surface (routes, chemins ou trottoirs) ne doit pas être creusée longitudinalement. Ce procédé réduit notablement les temps chantier et donc les coûts et l'impact environnemental. Le champ d'application de ce procédé englobe les diamètres nominaux de DN 100 à DN 5000 (diamètre standard en mm). La réhabilitation sans tranchée occupe environ 50 % du marché de la réhabilitation des canalisations. La réhabilitation des canalisations est divisée en trois groupes de procédés : réparation, rénovation et remplacement. Le procédé de gainage nous place donc dans le secteur de la rénovation. Les procédés de rénovation sont utilisés pour des dommages localisés, les dommages récurrents ainsi que pour des dommages plus importants. Dans ce cas, une ou plusieurs sections (tronçons de canalisation entre deux regards) consécutives peuvent être traitées en une seule opération. En raison de la nécessité d'accès, les procédés de montage ne sont viables que pour les grandes dimensions (> DN 1000 mm). Le gainage de canalisation est le procédé le mieux établi et prend une part d'environ 30 % du marché de la réhabilitation des canalisations. Ici encore, on compte deux groupes : le procédé de durcissement thermique et le procédé de durcissement par UV.   Dans le procédé de durcissement thermique les gaines en feutre imbibé de résine synthétique sont directement retournées (retroussées) dans la canalisation à l'aide de vapeur ou d'eau chaude. La réaction chimique qui provoque le durcissement de la résine est déclenchée par la chaleur de l'eau ou de la vapeur. Pour le procédé de durcissement par UV, les gaines en fibre de verre sont tirées dans la canalisation et gonflées à l'air comprimé. La réaction chimique est ici déclenchée par la lumière ultraviolette émise par un robot avançant à l'intérieur de la gaine. Les procédés de durcissement par UV ont une part d'environ 55 % du marché de la réhabilitation par gainage. Du point de vue technique, notre procédé tient un rôle prépondérant dans le domaine de la réhabilitation de canalisations d'un diamètre de DN 150 à DN 1000. Avec le procédé d'enroulement Brandenburger toutes les normes en matière de stabilité mécanique, de résistance chimique et d'imperméabilité sont dépassées et constituent ainsi de nouveaux standards. Brandenburger détient une part d'environ 35 % du marché du procédé de durcissement par UV, ce qui en fait le leader dans ce domaine. Mais il y a encore beaucoup de place pour l'amélioration.

Résilience

La résilience décrit la capacité d'un matériau à absorber une sollicitation dynamique, brusque, sans casser.

Résistance à la corrosion

La résistance à la corrosion décrit la capacité de résistance d'un matériau à la dégradation (lat. corrodere = ronger) ; sur les gaines, cela est mesuré au moyen de la résistance à la dégradation sous l'action de substances chimiques ou agressives dans les eaux usées et l'atmosphère de la canalisation.

Résistance à la flexion de gaine

La résistance à la flexion représente le point de rupture de la gaine soumise à une trop grande tension. Une gaine dont la résistance est trop faible n'est pas suffisamment solide et peut se rompre avant même que la charge autorisée soit atteinte. De la même manière que pour le module d'élasticité, le test est réalisé par un essai de flexion trois points.